Co-fondateur et premier président d'ECES

Feu l'abbé Apollinaire Muholongu Malu Malu

L'abbé Apollinaire Muholongu Malu Malu est le co-fondateur d'ECES avec Fabio Bargiacchi et premier président du Conseil d'administration d'ECES de septembre 2010 à juin 2013 lorsqu'il a été reconduit à la présidence de la Commission électorale indépendante de la République démocratique du Congo (RDC) avant sa mort.

Malu Malu était un prêtre catholique, un activiste et un homme d'État de la RDC. Entre autres, il a été président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) lors du référendum constitutionnel de 2005 et de l'élection présidentielle de 2006 en RDC et entre juin 2013 et octobre 2015.

Il a été vice-président et président du forum des commissions électorales de l'Afrique australe Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et a joué un rôle majeur dans d'autres réseaux électoraux africains. Malu Malu a contribué à la création de plusieurs institutions en soutien aux élections au niveau national et international, tels que le Réseau des compétences électorales francophones (RECEF).

Il a obtenu un diplôme d'études supérieures en sciences politiques, philosophie et théologie à Lyon. Il est également titulaire d'une maîtrise en sciences des droits de l'homme, d'un doctorat en sciences politiques et d'un doctorat en sciences sociales de l'Université de Grenoble-II (Université Pierre-Mendès-France) obtenu en 1998 et d'un autre doctorat en philosophie obtenu en 2013 à l'Université catholique de Lyon.

Entre 1993 et 1996, il a été curé de la paroisse de Monestier-de-Clermont, dans le diocèse de Grenoble. En 1997, il est retourné en RDC, où il a occupé le poste de vice-recteur et puis recteur de l'Université Graben à Butembo. Il a également été président du Consortium agricole urbain de la ville de Butembo.

En 2003, il a été nommé expert au service présidentiel des études stratégiques rattaché au Bureau du Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila. Peu de temps après, il a été nommé à la tête de la Commission électorale nationale indépendante nouvellement créée, qui a supervisé l'enregistrement des électeurs et l'organisation des différentes élections tenues en RDC en 2005 et 2006.

Fin 2007, il a été chargé des travaux préparatoires et a co-présidé la Conférence de paix de Goma Amani  visant à mettre fin à la guerre du Kivu dans l'est de la RDC.

Le 20 mars 2008, il a reçu un doctorat honoris causa de l'Université de Liège pour l'organisation réussie des élections en République démocratique du Congo, alors un pays politiquement très instable.

En décembre de la même année, il figurait parmi les trois candidats au Prix Sakharov du Parlement européen qui rend hommage aux personnes et groupes ayant consacré leur vie à la défense des droits de l'homme et de la liberté de pensée. Les autres candidats incluaient les dissidents chinois et biélorusses Hu Jia et Alexandre Kozouline. Le prix a été décerné à Hu Jia.

Malu Malu a également fondé l'Ecole de formation électorale en Afrique Centrale (EFEAC), qui a pour objectif de contribuer à la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance en Afrique par la professionnalisation de l'administration électorale et des acteurs électoraux en général.

En 2014, il a été nommé secrétaire du Réseau de connaissances électorales en Afrique Centrale (RESEAC) et membre de l'assemblée du RESEAC, un organe composé d'administrations électorales de 10 pays différents d'Afrique centrale. Le souhait de Malu Malu était que le RESEAC soit en accord avec la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance ainsi qu'à d'autres instruments juridiques régionaux afin de mobiliser des actions synergiques pour réaliser l'unité électorale de la Communauté économique des états de l'Afrique Centrale (CEEAC).