ECES met en œuvre ses activités et projets de manière durable en prenant en compte les circonstances politiques complexes et les conséquences de l'appui électoral.

 

ECES conduit l’identification, la formulation et la mise en œuvre de ses projets en s’inspirant de l’expérience directe de ses plus de 70 contrats signés depuis février 2012 et de l’expérience de terrain de ses fondateurs et de son personnel. Cette expérience cumulée permet à ECES de mettre en œuvre des projets en prenant en compte les leçons apprises et les expériences tirées de plus de 70 processus électoraux à travers le monde. Basé sur les évaluations par les bailleurs des programmes d’appui électoral ces 10 dernières années, ECES vise essentiellement à la promotion du développement durable des capacités tout au long du cycle électoral, sans pour autant délaisser l’activité essentielle de soutenir les opérations et évènements électoraux.

 

ECES, en partenariat avec European Partnership for Democracy (EPD) a développé une stratégie appellé «Une Réponse Européenne à l’Appui au Cycle Electoral -EURECS». EURECS décrit les leçons apprises au cours des cinq dernières années par ECES et les membres d’EPD en matière d’appui aux processus électoraux et de démocratisation. L'objectif principal de l'EURECS est d'offrir à l’UE, à ses États membres, aux autres bailleurs de fonds européens et aux pays bénéficiaires un mécanisme novateur de fourniture d'assistance électorale et démocratique pour mettre en œuvre des projets et programmes en ligne avec les valeurs européennes et les politiques de l'UE. Un document specifique concernant EURECS a été présenté officiellement lors de la Journée internationale de la démocratie célébrée au Parlement européen le 28 Septembre 2016.

 

ECES s’est spécialisé dans la conduite efficace des intéractions très complexes et délicates entre les organes de gestions des élections (OGE), les agences de développement bilatérales et multilatérales, les gouvernements, les organisations de la société civile, les partis politiques et les fournisseurs de matériel électoral et de services. La gestion appropriée de cet ensemble de relations demande des compétences spécifiques qu’ECES a développé, allant bien au-delà de conseils purement techniques. Cela se manifeste à travers : 

 

  • L’inscription plus forte de l’appui électoral dans le contexte politique du pays bénéficiaire en recourant à une analyse politique et économique comme outil pour permettre d’identifier le type d’appui approprié, ainsi que les risques associés aux stratégies non réalisables, identifiées par des missions de formulation. 

 

  • La promotion du dialogue politique comme partie intégrante de la planification de l’assistance électorale, également en développant les capacités régionales, nationales et locales pour le dialogue et la médiation, pour une gestion consensuelle et inclusive des transitions et la prévention et l’atténuation des conflits électoraux et politiques.

 

  • L'intégration des projets d'appui électoral avec d'autres activités mises en œuvre dans les domaines de l'appui à la démocratie et au développement, comprenant le développement des capacités des femmes, le développement du leadership, appui parlementaire et aux partis politiques, et développant une stratégie pour la stabilisation et la reconstruction réunissant à la fois l'Etat de droit, l’accès à la justice et la sécurité.

 

  • L'utilisation de la planification stratégique, opérationnelle et financière, permettant une approche échelonnée au sein du cycle électoral, que les bailleurs de fonds, gouvernements et acteurs électoraux pourraient aisément appuyer, et le recours à des indicateurs et références qui rendrait la mise en œuvre de l'assistance électorale plus efficace notamment dans sa mise en œuvre de mesures visant à améliorer la crédibilité des processus électoraux et des institutions en place, à construire la confiance, une plus forte participation, notamment des femmes, et prévenir la violence.

 

  • Le renforcement des synergies entre missions d'observation nationales domestiques, régionales et internationales des élections et l'assistance électorale afin que les recommandations de ces missions d’observation soient considérées comme le point de départ pour que les observateurs électoraux et les OGE, les fournisseurs d’assistance électorale et les bailleurs de fonds, ainsi que les autres acteurs électoraux, s’engagent dans la formulation et la mise en œuvre de projets d’assistance électorale qui promeuvent le dialogue, qui préviennent la violence (y compris la violence genrée), qui accroissent la participation et qui assurent une gestion réussie des processus électoraux.

 

  • Un soutien renforcé à l'organisation de missions d'observation nationales domestiques des élections, pour le développement de méthodologies appropriées et contextualisées afin de permettre la mise en œuvre d'observation à long terme ou d'observatoires permanents se concentrant sur les étapes les plus sensibles du cycle électoral, comme la délimitation des frontières, le financement des campagnes, l’accès aux médias, l’enregistrement des électeurs (y compris l’évaluation de l’enregistrement des électeurs sur la base de la biométrie et des systèmes d’identification automatique par empreinte), le comptage des voix, la violence électorale et les mécanismes de résolution des conflits électoraux.

 

  • Renforcer et développer les capacités nationales et locales, sur le terrain, relier les niveaux nationaux, régionaux et mondiaux par la coopération Sud-Sud, l'échange entre pairs, l'échange d'expériences entre OGE et OGE régionales, principalement en finançant des projets régionaux et transnationaux!.

 

  • Le soutien aux écoles d'administration électorale régionales et nationales et aux parcours académiques d'études électorales via l'éducation à distance et les programmes d'E-learning utilisant des technologies de communication durables et peu coûteuses. L’attention doit à la fois être portée sur des expériences comparatives pratiques et académiques pour les administrateurs électoraux et pour ceux cherchant à devenir des professionnels des élections, et doit également viser à augmenter le nombre de femmes dans l’administration électorale en leur permettant de devenir des administrateurs électoraux.